Les algues biologiques

Les algues biologiques en quelques mots:

Avant 2009 il n’ y avait pas de certification BIO possible pour les algues faute de texte définissant les conditions d’éligibilité des végétaux marins. Le règlement Communautaire EC 710/2009 entré en vigueur fin Juillet 2009 est le texte fondateur qui permet à présent aux organismes certificateurs (OC) de délivrer le label biologique aux producteurs d’algues, qu’elles soient issues de cueillette ou de culture.

Ce texte très dense – il englobe toute l’aquaculture bio – est consultable en ligne. Pour obtenir le label biologique les producteurs d’algues doivent s’inscrire au préalable à l’Agence Bio, organisme officiel, puis passer un audit assuré par un technicien spécialisé  envoyé par l’OC de son choix (les plus connus sont Ecocert et Qualité France). Pour évaluer la qualité bio des algues produites, l’OC s’appuie sur un document officiel préparé et édité par un organisme institutionnel dépendant de l’Etat: l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO): ce document dit « guide de lecture » est la transposition en droit français du règlement européen 710/2009 et détaille les critères d’éligibilité pour les algues biologiques.

Le site de récolte ou de culture doit être en bon état chimique et écologique selon des critères définis par des organismes scientifiques dont Ifremer.

Pour les algues de cueillette, les pratiques doivent être contrôlables et garantir une gestion durable de la ressource. Pour les algues de culture, les méthodes doivent impérativement intégrer de nombreux paramètres de suivi, attestés par des documents précis retraçant l’historique des mises en culture, les quantités produites en mentionnant les dates de récolte au jour le jour et leur destination. Un plan de gestion durable doit être tenu à jour et pouvoir être consulté à tout moment par l’OC qui effectue une visite par an pour renouveler la certification après contrôle mais peut à tout moment effectuer un contrôle surprise ponctuel chez le producteur d’algues biologiques.

Pour les algues sauvages ou de culture, le traitement post-récolte doit obéir aux règles de l’agriculture biologique : pas de traitement notamment.

Chez C-Weed, les algues sont séchées principalement au vent et ne subissent aucun rinçage à l’eau douce ( voir « nos engagements »). C-Weed Aquaculture a été labellisée bio pour sa production d’algues dès le 30 Juillet 2010. Nos pratiques correspondaient déjà aux critères d’éligibilté pour la bio et nous n’avons pas modifié ces méthodes. En revanche, il faut souligner que l’accès à la production biologique exige un effort de gestion administrative assez conséquent car la traçabilité des produits est nettement accrue dans ce cadre.

Logo bio